Le premier salon du délégué

Quelque 150 représentants des travailleurs dans les CPPT des entreprises de Liège Huy Waremme ont participé au premier Salon du délégué, ce vendredi, à la CSC Liège. Le choix de la date n’était pas anodin :  le 28 avril, c’est la  Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail.

Or, les victimes d’accidents du travail sont encore très, trop, nombreuses : 11.482 accidents du travail ont été déclarés dans le secteur privé en 2015 en province de Liège (6756 à Liège, 1009 à Huy, 573 à Waremme et 3144 à Verviers) dont  6 mortels et 1.479 ayant entraîné une incapacité permanente. A côté des accidents, les malades du travail sont toujours plus nombreux. Les problèmes psychosociaux et les troubles musculo-squelettiques constituent, de loin, la principale cause d’absentéisme au travail !
La CSC souhaite attirer l’attention sur le rôle de la concertation en matière de prévention des accidents et des maladies. L’employeur a l’obligation légale de détecter activement tous les risques pour la santé et de prendre les mesures nécessaires pour prévenir ces risques ou du moins les limiter. Le Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) a un rôle essentiel à jouer. Il conseille l’employeur pour l’évaluation des risques et les mesures de prévention à prendre. À défaut de CPPT dans l’entreprise, la délégation syndicale assume cette mission.
Pour épauler ses délégués dans cette tâche et les sensibiliser aux démarches destinées à favoriser le bien-être au travail, la CSC Liège Huy Waremme organise, ce 28 avril, en ses locaux, le premier Salon du Délégué. «Ce salon est une manière de poursuivre et d’approfondir le processus de formation de nos représentants dans les comités pour la prévention et la protection au travail », situe Thomas Gérard, permanent interprofessionnel et conseiller en prévention à la CSC Liège Huy Waremme. «A travers des conférences, des projections de vidéos et des échanges, les délégués ont pu mettre à jour leurs connaissances sur les nouvelles législations et les bonnes pratiques en matière de bien-être. Mais ils ont aussi eu l’occasion de rencontrer des acteurs de la santé et des professionnels du Bien-Être : médecins du travail, ergonomes, conseillers en prévention… Ils en ont profité pour leur soumettre des questions précises : les échanges ont été très fructueux. Enfin, ils ont aussi pu mettre en pratique leurs connaissances en participant à un jeu-concours. Ils ont dû réaliser l’analyse d’un accident du travail sur base d’indices disposés dans les salles et couloirs.»
Les délégués étaient unanimes : cette journée leur a apporté des outils qui les aideront dans leur travail syndical.