Afric@fonck

Afric@fonck: journée multiculturelle ce 27 juin à la Caserne Fonck


Le samedi 27 juin, la Mutualité Chrétienne, la CSC et Solidarité Mondiale organisent une journée multiculturelle axée sur l’Afrique de l’Ouest : Afric@fonck ! Les trois organisations ont réuni plus d’une trentaine d’associations pour faire de cette journée un rendez-vous festif, familial et multiculturel.  Au programme : village associatif, ateliers, concerts, danses et percussions, contes, dessins animés, conférences, jeux pédagogiques et coopératifs...
La Mutualité Chrétienne est partenaire du RAMS, Réseau d’appui aux mutuelles de santé, créé à Ouagadougou en 2000 par plusieurs structures actives sur le terrain en matière de mutuelles de santé. Pour sa part, la CSC Liège Huy Waremme entretient depuis 34 ans un partenariat avec un syndicat burkinabé,  la CNTB : Confédération nationale des travailleurs du Burkina.  De son côté, l’ONG Solidarité Mondiale est, elle aussi, active au Burkina Faso, comme dans d’autres pays du Sud d’ailleurs.  En organisant Afric@fonck, les trois organisations souhaitent mettre en avant leurs partenaires mais aussi inviter le public à la découverte d’une autre culture, lui faire connaître les réalités vécues par les partenaires du Sud. Le tout dans une ambiance festive, colorée et détendue ! Entrée gratuite.

Le programme dans le détail : 

  • >Une table ronde en matinée
    • De 10h30 à 12h30, une table ronde intitulée "La protection sociale pour tous" réunira de nombreux spécialistes (inscription souhaitée à cooperation-internationale@mc.be)
  • Le village associatif (au Manège)
    • Dès 13h : ateliers de masques africains et de construction d’instruments de musique (4-12 ans)
    • 13h-14h : assemblée participative (jeu de rôles animé par Armel Kabre, Burkina Faso)
    • 14h-15h : "Histoire sans fin", par Ria Carbonez, conteuse (dès 4 ans)
    • 15h-15h30 : danses et percussions africaines (djembé et duns) par MagBana
    • 15h30-16h : dessins animés africains (dès 8 ans)
    • 16h-16h30 : danses et percussions africaines (djembé et duns) par MagBana
    • 16h30-17h : dessins animés africains (dès 8 ans)
  • Des conférences (aux Ecuries)
    • A 13h : "Les mouvements sociaux en Afrique de l’Ouest : ressorts, formes et bilan" par François Pollet, sociologue et chargé d’études au CETRI (Centre Tricontinenta)
    • A 14h : "Quand passent les touristes…", par Catherine D’Otreppe, chargée de projets à l’asbl Altervoyage
    • A 15h : "Le sens du partenariat" par Philippe De Leener, Professeur à l’UCL
    • A 16h : "La parenté à plaisanterie" par Harouna Padiene, sociologue et membre du RAMS (Réseau d’appui aux mutuelles de santé, Burkina Faso)
  • Des concerts (parking Saint-Luc)
Six groupes issus de Belgique et d’Afrique alterneront sur la scène d’Afric@fonck : 
  • Dès 17h : Les amis de la Casamance, troupe de danse folklorique sénégalaise
  • A 18h15 : Mad Lenoir, burkinabé, musique afro-fusion
  • A 19h30 : Moline Bolon, groupe guinéen liégeois, jazz mandingue de Guinée Conakry
  • A 20h45 : Salazar, pop rock Liège
  • A 22h : Coco Malabar, Congo
  • A 23h15 : Hesytap squad, Hip Hop Liège
EN PRATIQUE : 
Date : Le samedi 27 juin de 13h à minuit
Lieu : Caserne Fonck, rue Ransonnet 2 à 4020 Liège
Entrée gratuite et accessible à tous
Bar et petite restauration
Programme (pdf)

Zoom sur une collaboration syndicale Nord-Sud

La dernière semaine de ce mois de janvier 2015, nous avons laissé le froid hivernal derrière nous pour nous lancer dans une mission syndicale d’une semaine au Burkina Faso sous … 33 degrés. 
Une nouvelle occasion de rencontrer nos partenaires burkinabé de la Confédération Nationale des Travailleurs du Burkina (CNTB). Devrait-on dire « amis » plutôt que « partenaires » puisque que cela fait 34 ans que nous entretenons un partenariat avec ce syndicat, le 2ème au Burkina Faso en termes d’affiliés.
Cette mission de janvier 2015 avait pour principal but de participer à l’inauguration officielle d’un tout nouveau centre de formation professionnelle en restauration, créé au siège-même du syndicat à Ouagadougou, capitale du pays. Dix stagiaires y suivent déjà leur apprentissage depuis octobre.  
Ce centre de formation, s’inspirant à la fois du système d’EFT et de l’enseignement en alternance tel que nous les connaissons en Belgique, est déjà le deuxième né de notre partenariat. Le premier centre de formation, inauguré en 2011 dans la commune de Dapelogo, forme des stagiaires en maçonnerie et coupe-couture. La première promotion s’est achevée par un taux de réussite maximal:  les 12 étudiants ont obtenu  leur certificat de qualification professionnelle. Et les trois premiers font partie des trois meilleurs étudiants sur le plan national. A ce titre, ils se sont vus remettre des kits constitués d’équipements et outils ainsi qu’une somme de 250 000 francs CFA (380 euros) pour se lancer dans le métier. Un tel succès a permis de faire connaître le centre et d’attirer de nombreux apprenants.
La création de tels centres de formation répond véritablement à un manque criant d’accès à un enseignement qualifiant et ouvrant des possibilités concrètes d’emploi. Par ailleurs, dans certains domaines, les compétences sont peu partagées et accessibles. Il n’est en effet par rare que des ouvriers des pays limitrophes soient « détachés » au Burkina Faso pour travailler sur des chantiers ou dans des entreprises spécifiques. Le concept de formation qualifiante par le travail (en situation de travail) n’existait pas à proprement parlé au Burkina Faso avant le lancement de ces centres de formation. L’appui pédagogique du MOC de Liège à l’époque et une série de contacts avec les ministres compétents, a donc permis la création d’un cadre juridique pour ces centres, qui sont partiellement soutenus par des fonds publics burkinabé.
Il n’est pas exclu que d’autres centres de formation voient le jour à terme, en fonction des demandes et priorités de notre partenaire.
A côté de ces projets de formation, nous n’avons de cesse de soutenir la CNTB dans son développement et dans son rayonnement à travers les divers secteurs professionnels, tant nouveaux que plus traditionnels : l’enseignement, les services publics, les mines, le secteur informel… Les principaux défis du partenaire restent la fidélisation des affiliés, l’établissement d’une concertation sociale au niveau de l’entreprise, la tenue d’élections sociales et la présence dans tous les secteurs professionnels.
Enfin, cette mission fut aussi l’occasion de discuter avec nos amis du soulèvement populaire qui a récemment ébranlé le pays. Après le sentiment de liesse populaire suite au départ du prétendu indéboulonnable président Blaise Compaoré, vient le moment de la réflexion sur l’avenir. Les syndicats dans leur ensemble sont restés discrets pendant le soulèvement, ils voulaient en effet garder leur côté apolitique et leur rôle de contrepouvoir. Selon eux, prendre part aux rassemblements politiques, comme le souhaitaient pourtant nombre de concitoyens et d’affiliés, aurait été une erreur car cela les aurait enfermés dans un cadre politique qu’ils ne souhaitent pas. Comme le résumait un membre du Bureau Exécutif de la CNTB : « Peu importe le pouvoir en place, il nous trouvera toujours en face ! ».
Ceci dit, ce pas de côté ne devrait pas s’éterniser. En effet, le front commun syndical burkinabé, sera prochainement auditionné par le gouvernement de la Transition, pour envisager ensemble l’après-Compaoré. Notre partenaire y voit une fabuleuse opportunité d’avancer sur plusieurs points en faveur de la défense des travailleurs du Burkina Faso, en faveur de la promotion du travail décent à travers le pays et en faveur de mesures combattant la vie chère au bénéfice des concitoyens gagnant en moyenne 56 dollars par mois. Nous serons auprès de notre partenaire pour le soutenir dans ces nouveaux défis.
Ce séjour a permis d’encore une fois resserrer les liens qui nous unissent avec nos amis burkinabé. Il est clair que ce partenariat a encore de beaux jours devant lui !