Action CSC "smartphone" chez Accent Jobs


Curieusement, les deux bureaux d'Accent Jobs du boulevard de la Sauvenière à Liège sont restés fermés ce matin ! « Ont-ils si peur des syndicats ? » interroge Raymond Vrijdaghs, secrétaire principal CNE Liège.  
La CSC avait décidé d’y mener une  action symbolique de sensibilisation à la plus-value de la concertation sociale en distribuant des tracts et des chocolats en forme de smartphone. Qu’à cela ne tienne, les tracts et les chocolats ont été déposés dans la boîte aux lettres.  Pour rappel,  cette agence d’intérim veut empêcher le dialogue social de se mettre en place chez elle:  l’entreprise promet, en effet, un smartphone et un jour de congé à ses employés pour les dissuader de se porter candidats aux élections sociales.

La CSC rappelle aux travailleurs qu’à travers le dialogue social, leurs représentants peuvent tout mettre en œuvre pour améliorer leur pouvoir d’achat, leur bien-être au travail, leur sécurité d’emploi, la qualité de leur travail, l’articulation de leur vie privée et vie professionnelle, leur environnement de travail, la concertation dans leur entreprise… et la CSC fera tout pour leur obtenir 2 jours de congé supplémentaires.
La CSC insiste sur le fait que les élections sociales, c’est un droit des travailleurs et un exercice essentiel de démocratie. Elle rappelle qu’alors que le vote n’est pas obligatoire, plus de 80% des travailleurs se sont exprimés dans les urnes en 2012, c’est dire l’importance qu’ils accordent à l’élection de leurs représentants. En jouant la carte du chantage, l’agence d’intérim Accent Jobs bafoue l’un des droits les plus fondamentaux de son personnel et témoigne du peu de cas qu’elle fait du dialogue social !
Malheureusement, ce n’est pas la première entreprise à user de chantage ou de menaces pour saboter la tenue d’un scrutin.  Avec plus de discrétion, certaines offrent des primes, d’autres préfèrent les pressions, de la mutation au retrait d’avantages voire au licenciement… La CSC tient à dénoncer avec force de tels agissements et invite ces employeurs à se pencher sur la plus-value de la concertation !