Un salaire décent pour les ouvriers de l’enseignement libre


La CSC Alimentation & Services a entamé le 5 décembre des actions dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour réclamer un salaire décent pour les ouvriers de l’enseignement libre. En région liégeoise, des délégations ont sensibilisé les enseignants et les parents d’élèves du collège Sainte-Croix à Hannut, de l’école Sainte-Julienne à Liège et de l’Institut de l’Instruction Chrétienne à Flône.  
«Souvent, le rôle crucial joué par le personnel ouvrier des écoles est méconnu. Nous voulons le mettre sous les feux des projecteurs afin de créer un mouvement de solidarité et ainsi pousser le SeGEC  à renouer le dialogue social », explique Gaëtan Stas, Secrétaire régional CSC Alimentation et Services.   En outre, dans le même sens, une information et une demande de soutien ont été faites auprès des délégués et militants de la CSC-Enseignement de Liège Huy Waremme. « Ils ont apprécié la démarche et vont mettre le point à l’ordre du jour des divers organes de concertation dans les écoles », précise Gaëtan Stas. 

Une augmentation de 1,1%.
Depuis le début de l’année, les organisations syndicales négocient avec la fédération patronale de l’Enseignement libre, le SeGEC, une augmentation de 1,1%, rien de plus que l’application de la marge proposée dans l’accord interprofessionnel 2017-2018. Mais l’organisation patronale refuse toute augmentation du pouvoir d’achat. 
«Les travailleurs ne demandent pas l’aumône, juste une reconnaissance méritée pour le travail accompli chaque jour au service des élèves et des enseignants», confie Gaëtan Stas, Secrétaire régional CSC Alimentation et Services. Les ouvriers et les ouvrières sont indispensables pour le bon fonctionnement des écoles. Les services essentiels rendus par ces travailleurs, souvent esseulés, ne sont pas reconnus à leur juste valeur… Leurs salaires sont parmi les plus bas de Belgique ! La plupart des ouvriers et ouvrières de l’enseignement libre ne gagnent que 10 euros bruts de l’heure et nombre d’entre eux ne disposent que de contrats à temps partiels.
Dans les écoles liégeoises, l’action de la CSC a été bien accueillie tant par les élèves, que le personnel enseignant et administratif : tous ont manifesté leur soutien aux ouvriers de l'enseignement libre. 
 

Le Tract