La qualité de l'air

A Liège, à l’initiative de la CSC et de la cellule RISE, cinq écoles s’engagent dans une démarche visant à améliorer la qualité de l’air dans les classes. Chaque établissement a reçu deux boitiers permettant d’évaluer les niveaux de CO2, la température et l’humidité dans les classes. Objectif de la démarche : acquérir de bons réflexes et ouvrir une réflexion plus globale sur la qualité de l’air extérieur, la pollution atmosphérique, le changement climatique et le devenir de notre société. 
La pollution de l’air est un thème abordé dans les organes de concertation d’une entreprise sur trois en Wallonie. C’est ce qu’il ressort de l’enquête relative à la concertation sociale sur les thèmes de l’environnement et de la mobilité dans les entreprises wallonnes de plus de 50 travailleurs menée en 2017 par RISE (Réseau intersyndical de sensibilisation à l'environnement).  
Afin d’aider les délégués à mieux appréhender les enjeux d’une bonne qualité d’air intérieur et surtout à les outiller de manière à pouvoir initier des actions,  la CSC Liège et la cellule RISE leur ont proposé, dès 2017,  une formation spécifique animée par Emmanuelle Boilan, hygiéniste au Cesi.  
«Lors de son exposé, Emmanuelle Boilan a mentionné  qu’un enjeu majeur était de maintenir un air de bonne qualité dans des espaces qui accueillent beaucoup de personnes en même temps, principalement les classes. Elle a ainsi expliqué qu’un air pollué peut avoir des effets néfastes sur la santé, notamment de la  somnolence, des maux de tête, des intoxications, des allergies… et peut réduire directement les capacités d’une personne à effectuer des tâches nécessitant de la concentration mentale comme mémoriser ou tout simplement raisonner», situe Sophie Reginster, permanente RISE à la CSC Liège.  Je me suis dit que la CSC pourrait lancer une campagne en milieu scolaire. Avec Thomas Gérard, permanent et conseiller en prévention à la CSC Liège, et la régionale liégeoise de la CSC-Enseignement,  nous avons soumis l’idée à une assemblée de délégués CPPT de l’enseignement. »

Cette sensibilisation a fait mouche : cinq écoles ont manifesté leur intérêt à travailler ce sujet : Saint Roch Ferrière,  Sainte Claire Verviers, Sainte Marie Huy,  Saint Barthelemy Liège et Don Bosco Liège. «Cette dernière dispose d’ateliers, par exemple un atelier de menuiserie. Elle est donc confrontée, comme les industries, à des défis supplémentaires en termes de qualité d’air et prend déjà toutes les précautions pour neutraliser les potentiels polluants. Mais quoiqu’il en soit, le taux de CO2 mesuré par le boitier constitue un bon indicateur de la concentration générale de polluants dans une pièce. Au mieux c’est aéré, au mieux ils sont dilués», fait remarquer Thomas Gérard. 
Des enjeux plus globaux

Le 16 novembre, les membres des CPPT des cinq écoles (des représentants des travailleurs, des conseillers en prévention et des membres de la direction) ont été invités à une matinée de formation à la CSC Liège lors de laquelle deux boitiers permettant d’évaluer les niveaux de CO2, la température et l’humidité dans les locaux scolaires leur ont été remis. Objectif :  faciliter la mise en place de bonnes pratiques en classe en temps réel.  Une bonne qualité d’air signifie une bonne concentration des élèves, de bonnes conditions d’apprentissage et, in fine, de bonnes conditions de travail pour les enseignant-e-s.
«Si nous avons décidé de ne pas faire de statistiques avec les mesures récoltées, c’est simplement parce que les résultats ne sont pas extrapolables à toutes les classes vu leurs spécificités, tient à préciser Sophie Reginster. L’objectif principal n’est pas la collecte de données mais aider l’enseignant à comprendre (ou gérer) son local afin d’y instaurer de bonnes pratiques au quotidien. »
Toutefois, cette campagne « Qualité d’Air intérieur » permettra d’aborder concrètement des enjeux plus globaux. « En effet, en sensibilisant sur la qualité d’air intérieur, on peut sensibiliser sur la qualité d’air extérieur, la pollution atmosphérique, le changement climatique et le devenir de notre société, constate la permanente liégeoise. C’est donc aussi un bon moyen d’apprentissage pour l’élève. L’apprentissage des bonnes pratiques à l’école fera en sorte que des bons gestes seront également mis en place à la maison».
La dynamique du projet a soulevé l’enthousiasme de l’ensemble des participants.  «Ils ont, en outre, apprécié l’accompagnement prévu via le carnet de route qui leur a été remis. Ce petit outil est destiné à aider les profs qui sont moins sensibilisés ou informés à participer activement à la campagne. »
Une petite brochure reprenant les bons gestes à adopter pour un air plus sain en classe a réalisée pour aider les enseignants.

De novembre 2018 à mai 2019

Pendant sept mois, de novembre 2018 à mai 2019, les boitiers de mesure vont circuler dans les classes des cinq écoles. Certaines écoles souhaitent garder les boitiers en juin pour s’assurer d’un bon air, et donc d’une bonne concentration, dans les grandes salles utilisées pour les examens.
Les représentants des travailleurs seront les moteurs du bon déroulement du projet. La CSC reviendra régulièrement vers les membres du CPPT afin de faire le point sur l’avancement du projet, la mise en œuvre des bonnes pratiques et la gestion de l’aération pendant les mois les plus froids. 

Dans les entreprises…

Mesurer la qualité de l’air intérieur à l’aide du petit boitier n’est évidemment pas réservé aux seules écoles : cette démarche peut, voire devrait, être menée dans tous les espaces de travail.  Plus il y a de personnes dans une même pièce, plus les enjeux sont importants, pensons aux open-space, les bureaux partagés, les crèches, les restaurants, etc.  
Une réflexion sur la qualité de l’air doit être lancée dans toutes les entreprises, c’est d’ailleurs ce que prévoit le Code du bien-être au travail. Il définit même les normes à respecter.
 « La thématique « qualité de l’air intérieur » sera abordé de manière plus approfondie dans les formations CPPT et Rise, précise Thomas Gérard. Nous planchons sur un projet d’outils à la disposition des délégués de toutes les entreprises. »
Signalons que de nombreux outils sont disponibles sur le site de RISE : www.rise.be
Consultez notamment la fiche N°13 de Rise.

Des outils

Afin de bien cerner les enjeux d’une bonne qualité d’air, voici quelques liens qui donnent accès à des outils intéressants

A l’attention des délégués, la CSC, RISE et la FEC, avec le soutien de la Wallonie, ont réalisé une petite vidéo qui situe la notion de qualité d’air intérieur, les sources de pollutions, leur gestion ou encore comment agir au CPPT?

Vidéo