Un plat de misère


Vous avez bravé la pluie et le froid de longues heures durant sur les piquets, ce qui démontre une nouvelle fois votre engagement et votre détermination à forcer le gouvernement à revoir sa copie. Bravo à toutes et à tous et un tout grand merci!
Cette nouvelle grève a été un succès et vous y avez encore largement contribué. Vous avez participé à la préparation et vous étiez sur le terrain. Sur tous les piquets, dans les zonings, les entreprises ou les centres commerciaux, le vert était bien visible

Ensemble, continuons à résister! 

Gaëtan STAS
Jean-Marc NAMOTTE
Depuis très tôt ce lundi, les Liégeois bravent le froid et la pluie devant les entreprises mais aussi aux accès des zonings ou centres commerciaux. Le nombre de grévistes est encore plus important que le 1er décembre. «Certains veulent faire croire que le mouvement s’essouffle alors qu’au contraire, le nombre de personnes qui s’opposent aux mesures gouvernementales est de plus en plus grand ! Ce lundi, on a assisté à une recrudescence de grévistes surtout devant les entreprises, tous secteurs confondus, ainsi qu’à une mobilisation encore plus visible des enseignants, des travailleurs du service public en général, de la construction, du non marchand et de bien d’autres secteurs , fait remarquer Jean-Marc Namotte, Secrétaire fédéral de la CSC Liège Huy Waremme.
Cette mobilisation renforcée est « le signe que nous sommes dans une deuxième phase de conscientisation, une phase qui dépasse le cercle des délégations syndicales, insiste Jean-Marc Namotte. De plus en plus de gens adhèrent à nos revendications, même les sondages le montrent : 80% des Belges, du Nord comme du Sud, réclament, avec nous, un impôt sur toutes les fortunes de plus d’1 million d’euro. 78% de la population estiment que les économies sont inégalement réparties. Le gouvernement ne peut plus ignorer tous ces signaux : il doit revoir sa copie ! »
Ce 15 décembre à Liège Huy Waremme, il n’y avait pas de train, pas de bus, pas d’avion, pas de courrier, pas d’activité au palais de Justice de Liège, quasi pas de cours dans les écoles, un service minimum dans les hôpitaux, maisons de soins ou de repos, des administrations et services communaux fermés, etc. Le secteur du transport et la logistique à l’arrêt : TNT, Aviapartner, TTS, Farnell, Lyreco, Skechers, CooperVision, Euroports, la base Intermarché de Villers-le-Bouillet, Galliker… Silence dans les centrales à béton, les carrières (Dumont-Wautier, Carmeuse) et les entreprises de la construction (Moury, Franki, Galère, Duchêne, Moureau, Aertssen…). Portes closes dans la grande distribution (Carrefour, Delhaize, Aldi, Lidl, quelques Colruyt, Makro, IKEA, Fnac, Zara, WE, …) et les grandes galeries (comme Cora, Belle-Ile, Médiacité, Galeries Saint-Lambert), L’industrie était déserte : du métal (comme ArcelorMittal, TDM, Techspace Aero, CMI, Knauf… ) à l’alimentaire (comme Inbev, Coca-Cola, Chaudfontaine, Ter Beke) en passant par la chimie (avec Prayon, PB Clermont, RKW… ) ou le textile (comme Malysse à Villers-le-Bouillet ).

Les grands zonings paralysés (Hauts-Sarts, Grâce-Hollogne, Villers-le-Bouillet ). Les ETA (entreprises de travail adapté) étaient toutes à l’arrêt ce lundi.
Les sociétés de gardiennage, de nettoyage, de titres-services, de call-centers, du secteur socio-culturel et de la formation … ont également été touchées. Parmi les actions symboliques citons cette marche des gardiens de prison en grève de Lantin à Paifve ou encore la participation de quelques petits indépendants du commerce en guise de solidarité.
Comme elle l’avait fait lors des grèves tournantes, la Secrétaire générale de la CSC, Marie-Hélène Ska a fait le tour des piquets dans les diverses provinces pour soutenir les participants. A Liège, elle est notamment passée encourager les grévistes réunis à l’aéroport Bierset et devant l’école Sainte-Véronique.
 
Et demain ?
« Après trois avertissements plus retentissants les uns que les autres (la manifestation du 6 novembre, les grèves tournantes et la grève nationale de ce jour), nous espérons qu’une réelle concertation puisse enfin se mettre en place, s’exclame Jean-Marc Namotte. A défaut, la CSC décidera de la suite des actions à mener, en veillant à cibler le monde politique, les fédérations patronales, les grandes institutions... Nous savons que les grèves provoquent des embarras et autres désagréments. Mais les mesures imaginées par le gouvernement provoqueront des tracas et difficultés sans commune mesure avec les actions que nous menons ! Alors, ensemble résistons !»
15 décembre 2014

    
La CSC salue la mobilisation à Liège-Huy-Waremme: l’adhésion à l’action de grève de ce 1er décembre a été impressionnante !On a assisté, ce lundi à Liège, à une participation massive à l’action de grève tournante. L'adhésion des Liégeois au mouvement a été impressionnante : ce succès montre bien la détermination et l’engagement de tous ! «Dans le privé comme dans le public, tous les secteurs d’activité ont suivi l’action de grève. Et, aux côtés des travailleurs et travailleuses, on a vu des demandeurs d’emploi, des étudiants, des pensionnés… et même des indépendants ! s’exclame Jean-Marc Namotte, Secrétaire fédéral de la CSC Liège Huy Waremme. Partout, plus que des délégations côte à côte, on a vu une véritable union entre les équipes syndicales peu importe la couleur. En fait, c’est l’ensemble de la population qui réagit face à ces mesures injustes et déséquilibrées et à l’absence de perspective d’avenir »
« Bravo et merci »
En chœur, Gaëtan Stas, le président de la CSC Liège Huy Waremme et Jean-Marc Namotte saluent la mobilisation liégeoise : «Bravo et merci à toutes et à tous pour votre participation massive à cette action de grève, pour votre détermination. Le gouvernement ne peut pas continuer à ignorer nos revendications. Il doit admettre qu'il se trompe et revoir sa copie. Ensemble, résistons! "
Aucun incident majeur n’était à déplorer. Au contraire, on a senti des élans de sympathie ci et là de la part de nombreux citoyens.
Zonings, entreprises, centres commerciaux à l’arrêt
Liège ressemblait à une ville fantôme en ce 1er décembre 2014… La place Saint-Lambert était plus calme qu’un dimanche de vacances. Pas un bus n’a circulé. La gare des Guillemins était vide… Quiétude inhabituelle aussi dans les centres industriels. En effet, les grands zonings étaient à l’arrêt lundi, des Hauts-Sarts à Grâce-Hollogne en passant par Villers-le-Bouillet, de même que la zone aéroportuaire (aéroport comme Cargo Village) ou le bassin sidérurgique.
La mobilisation dans la plupart des grandes entreprises du métal comme du transport et de la logistique de la région liégeoise a été très forte. Les centrales à béton de Villers, Monsin ou Flémalle n’ont pas tourné et beaucoup de chantiers sont donc restés fort silencieux comme les cimenteries. Des grandes entreprises de la chimie et secteurs connexes étaient à l’arrêt. …
Pas de courrier dans les boîtes : Bpost participait à l’action de grève.
Beaucoup d’enseignants ont également suivi le mouvement. Cette mobilisation couplée à l’absence de transports en commun a pour effet que nombre d’établissements étaient « en service minimum garderie ».
Dans le commerce, des grandes enseignes sont restées « portes closes » comme les grandes galeries (Cora, Belle-Ile, Médiacité, Galeries Saint-Lambert).
Il n’y a pas eu d’activité au palais de Justice de Liège et la mobilisation était aussi très forte dans les autres secteurs de la Justice. De même, diverses administrations et de nombreux services communaux étaient à l’arrêt. Soupe populaire à l’Université de Liège (place du XX Août).
Service du dimanche ou service minimum dans le secteur des soins de santé. Beaucoup d'actions dans diverses maisons de repos privées avec des arrêts de travail, des piquets d'information…
Les entreprises « phare » de l’industrie alimentaire n’ont pas fonctionné. Les sociétés de gardiennage, de nettoyage, de titres-services comme les entreprises de travail adapté étaient également mobilisées.


 
Nous étions près de 125.000 dans les rues de Bruxelles le 6 novembre pour exprimer notre mécontentement face aux mesures antisociales préconisées par le gouvernement Michel 1er Force est de constater que pour donner du poids à nos exigences, nous devons maintenir la pression et passer à la phase 2 de notre plan d’action en front commun : la grève provinciale !
Ensemble résistons
A Liège, elle est programmée pour le 1er décembre. Ensemble résistons et faisons nous entendre. Toutes et tous mobilisons-nous pour cette action de grève. Ce gouvernement doit changer cette politique inégale et injuste ! Il n’est pas question que les travailleurs, avec ou sans emploi, paient encore la facture.
Tract 1er décembre 2014

 
Jean-Marc Namotte, Secrétaire fédéral
Gaëtan Stas, Président fédéral