Concentration pour l'avenir des pensions - 15 juin 2015

bxlpension15juin2015-2

“Il faut sauver les pensions!”

Ils sont venus, ils sont tous là, pour la… Pension! Et ils sont venus nombreux, puisque près de 5000 manifestants, dont plus de 200 Liégeois, s’étaient réunis à Bruxelles devant la Tour des Pensions pour répéter au gouvernement Michel qu’il n’est pas question de détricoter le système de pension belge, d’appauvrir les seniors et de laisser les jeunes au chômage !
Le lieu est symbolique puisque l’action de ce lundi se déroulait au pied du bâtiment de l’Office national des pensions, un bâtiment tout de verre et d’acier reflétant la situation actuelle : un système fragilisé et que certains voudraient définitivement briser soutenu par des citoyens à la volonté de fer. « Si on applique les mesures qui sont aujourd’hui sur la table, comme la pension à point, par exemple, les dégâts seront considérables pour les femmes et les jeunes notamment qui auront beaucoup de difficulté à avoir des carrières complètes », explique Jean-Jacques, militant CSC de Amay. « L’objectif de ce gouvernement est clair : il faut que les pensions coûtent moins chers et qu’on laisse les gens se débrouiller par eux-mêmes, notamment par une privatisation des pensions. Et ça, ça ne passe pas ! »
Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC, pose le même constat dans son discours à la tribune : «Nous continuons à dire au gouvernement qu’il prend des mesures contre la population et que celle-ci ne les acceptera pas».  Guy, militant CSC Senior, est lui aussi très inquiet de ces mesures qui vont priver les jeunes d’emploi, puisqu’on maintiendra les plus âgés plus longtemps au travail : « Il faut penser à nos enfants ! ». Régine, militante de la CSC-Enseignement regrette qu’il n’y ait pas plus de gens mobilisés et surtout pas davantage de jeunes : « La date est compliquée pour les enseignants, nous sommes en pleine période d’examens mais c’est fou comme c’est difficile de faire comprendre l’importance de ce qui se joue en ce moment surtout auprès de nos plus jeunes collègues… Il règne une sorte de fatalisme quand on parle des pensions ! ». Et pourtant, il est possible de faire fléchir le gouvernement, il a déjà fait adoucissements sur d’autres thématiques, notamment en matière de disponibilité des chômeurs âgés, même si toute une série de mesures restent imbuvables. Mais il n’y a que par une mobilisation forte que nous pourrons nous faire entendre auprès de ce « gouvernement, canard boiteux », comme le désigne Marc Leemans, président de la CSC, « nous allons continuer à organiser la résistance, par tous les moyens qu’il faut et sur tous les sujets qu’il faut ».