S’engager sur les questions internationales

En 2013, la CSC Liège Huy Waremme a créé un groupe international - le GIL - qui réunit des militants de tous secteurs confondus désireux de s'engager davantage sur les questions internationales et de s’impliquer notamment dans le partenariat avec la Confédération Nationale des Travailleurs du Burkina Faso (CNTB). Ce groupe est là aussi pour capter les différentes opportunités qui existent de part et d’autre pour mener à bien à des projets d’avenir. Il se réunit à la CSC Liège, chaque 3e mercredi du mois de 17h à 20h. 


Le GIL est acteur des relations syndicales internationales.  Il s’implique plus spécifiquement dans le partenariat liant la CSC Liège et la CNTB.
Il se charge notamment de l’accueil des partenaires en visite à Liège, une occasion de nouer des liens étroits entre syndicalistes d’ici et de là-bas.

Enjeux internationaux

Le GIL se charge, par ailleurs, de la récolte des fonds et du matériel. Ainsi en août 2016, ce sont 8 tonnes de matériel qui ont été envoyées au Burkina : une presse à briques, de la chaux réhydratée, des outils, des bancs et des chaises, des armoires, du matériel informatique, des livres, des vélos mais aussi une camionnette … Il s’agissait de matériel de la Fédération liégeoise de la CSC et de ses centrales professionnelles qui n’était plus utilisé ainsi que de dons.
Cet envoi s’inscrit dans une démarche de soutien à long terme des deux centres de formation de la CNTB qui accueillent en leur sein près de 80 jeunes par an. Le matériel envoyé a pour but notamment de favoriser l’autonomisation financière de ces centres et de leur permettre d’assurer un accueil qualitatif aux stagiaires en formation.
Le GIL organise aussi des mobilisations sur des enjeux internationaux et planche sur des mini-projets satellites au partenariat. Ce dernier point constitue véritablement le cœur de l’engagement des militants et permanents qui composent ce GIL. Quoi de plus enrichissant et enthousiasmant en effet que de participer concrètement à renforcer les partenaires (tant CSC que CNTB) par la constitution de mini-projets collectifs entièrement financés en fonds propres ?

Le Faso Jus

Un exemple : le projet FASO JUS. En juin 2015, le GIL a eu la chance de rencontrer à Liège Nathalie Noukoubri, trésorière nationale de la CNTB, présidente de la fédération syndicale des petites commerçantes et très active dans une association de femmes sur le terrain. En échangeant avec elle, il a paru rapidement évident que nous allions soutenir une initiative portée par près de 200 femmes militantes syndicales et à la recherche de revenus complémentaires pour subvenir aux besoins de leurs familles. 
De leur côté, tout a commencé lorsque l’Etat burkinabé leur a proposé une formation concernant la fabrication de jus issus de produits forestiers locaux. L’objectif des pouvoirs publics est de lutter contre la déforestation en favorisant l’exploitation des fruits forestiers (bissap, pain de singe, tamarin, …). Fortes de cette formation très pratique, quelques femmes de l’association ont mobilisé leurs congénères pour produire et vendre à plus grande échelle des jus de fruits de qualité. Grâce à un plan financier réaliste, le GIL a directement souhaité donner la première impulsion à ce projet en finançant l’équipement de base nécessaire à cette production. 
Ce projet FASO JUS constitue aux yeux des membres du GIL le projet fédérateur par excellence et le ciment qui lie les militants entre eux. Tous étant largement sensibilisés à la question de la solidarité internationale (grâce notamment aux voyages d’immersion de Solidarité Mondiale) il est évident que ce soutien d’un projet collectif est sans doute le premier d’une longue série !